Historique

Historique du Tournon protestant et de ses lieux de culte…

Les idées de la réforme trouvent bon accueil auprès de notables de la ville comme de la population. Le 30 avril 1562, plusieurs habitants demandent »qu’il leur fut permis de faire prêche de la parole de Dieu par un ministre de la religion réformée et d’avoir un lieu commun à cet effet. ». Les Consuls leur donnèrent une maison appelée « du Saint Esprit ». Le nombre des habitants gagnés aux idées nouvelles augmente et le prêche fut ensuite transféré dans l’église paroissiale de Saint Julien.

Après la paix d’Amboise commencent des heures plus sombres avec la venue à Tournon du Maréchal de Vieilleville chargé de pacifier le pays. Il refuse que l’église de Saint Julien soit conservée par les protestants et interdit la pratique du culte réformé. Puis la veuve du seigneur de Tournon, restée fervente catholique, fortifie son château et exerce de terribles représailles sur ses sujets protestants. Son fils, gagné au parti de la Ligue, joue un rôle important dans les dernières guerres, si bien qu’à l’édit de Nantes il ne reste presque plus de protestants à Tournon. A partir de 1683 suit une période pendant laquelle Tournon avec le château de Beauregard à St Péray partage une triste réputation : de nombreux réformés sont enfermés dans les prisons des châteaux, y subissent des supplices avant d’être transférés dans d’autres prisons, envoyés aux galères ou de mourir en martyrs souvent en place publique.

Sous le concordat, le canton de Tournon dépend d’abord du consistoire de Lamastre puis en 1862 de celui de St Péray. En 1803 l’état statistique ne mentionne pas de protestants à Tournon. Un état de 1839 parle de 130 protestants pour Tournon et les communes voisines.

Vers 1833, un aumônier protestant fut attaché au collège de Tournon qui deviendra lycée plus tard. Le dimanche, il préside régulièrement un office religieux auquel assistent des habitants de Tournon dans la chapelle protestante du Lycée.

En 1872, c’est le conseil municipal lui-même qui prend l’initiative de demander la création d’un poste de pasteur pour la population de Tournon qui dépasse déjà 200 âmes, le conseil vote aussi une indemnité de logement pour le futur pasteur et met à la disposition des protestants l’ancienne justice de paix pour la célébration du culte. Le culte inaugural est fixé au 6 avril 1873 par le consistoire. Mais il semble que ce lieu fut peu utilisé, les protestants continuent à se rendre à la chapelle du lycée comme en témoigne une délibération du conseil presbytéral de 1880.

Le temple :Image flottante2 Successeur de M. MAZADE comme aumônier du lycée de Tournon, le pasteur Jean RUEL a pour premier soin de faire édifier un temple. Un premier projet est de construire dans le parc du lycée où les protestants avaient coutume de se rendre pour célébrer leur culte dans la chapelle protestante du Lycée, mais l’autorité académique s’y oppose formellement. En novembre 1882, il est question d’acheter un emplacement et un devis de construction est établi mais l’État ne peut prendre à son compte la charge restante trop importante. Le conseil municipal offre alors comme emplacement le bâtiment de l’ancienne mairie situé rue Boissy d’Anglas. L’adjudication a lieu le 25 novembre 1883, les travaux sont rapidement menés et, le 10 juillet 1884, on peut procéder à la réception définitive de l’ouvrage, précédée huit jours plus tôt par la cérémonie de dédicace.

Cet historique a été préparé à partir du livre : Le Vivarais et le Velay protestants, Notices paroissiales, Samuel MOURS, Imprimeries réunies,
9 rue Pasteur, 26 000 Valence-sur Rhône, 2ème trimestre 1947.